Les 5 meilleurs services de renseignement du monde (Episode 2)

Beryl 614 s’essaye au jeu du classement entre services de renseignement. Episode forcément subjectif…

Commentaire personnel :

Malgré le côté très artificiel d’un tel classement, cet épisode m’aura permis de mettre en avant des thèmes qui me sont chers :

– L’importance d’une organisation qui mixte harmonieusement renseignement technique et renseignement humain ;

– L’influence du pouvoir politique qui, en poussant ses services à prendre des risques, leur permet de progresser ;

– Le travail remarquable de services plus modestes, qui mérite bien un hommage.

Cet article a 4 commentaires

  1. Bonjour,
    Vous rendez un bel hommage au travail de la CIA, particulièrement à l’opération qui a mené à l’élimination de Ben Laden. Fort bien, mais le renseignement initial a, d’après ce que j’ai lu, été obtenu à Guantanamo. Donc dans des conditions en dehors de tout cadre légal, où la torture est peut être pratiquée etc. Vous dîtes aussi ne pas beaucoup apprécier l’ISI. Les méthodes diffèrent-elles vraiment ?

    1. Bonjour à vous,

      Je vous remercie pour votre commentaire que je trouve particulièrement bien vu. Vous avez parfaitement raison de soulever ce paradoxe. Ce que j’apprécie, dans l’opération américaine (mais je n’ai pas développé ce point), c’est tout le travail qui a été effectué une fois le renseignement initial obtenu, afin de remonter la piste du courrier humain, de le localiser puis de suivre son téléphone avec une équipe sur le terrain, afin de l’identifier, pour enfin le suivre jusqu’à Abbottabad. Et là, ce que les Américains sont arrivés à faire dans cette ville force encore le respect : évoluer dans une telle ville, sans être détecté par les services pakistanais, afin de pouvoir confirmer la présence du chef d’Al Qaida, est vraiment remarquable.

      Après, c’est vrai, une partie du renseignement initial a été obtenu au travers des séances de torture, principalement contre Khaled cheikh Mohammed, le « cerveau du 11 Septembre ». Et cela est évidemment condamnable. Je tâcherai de prendre en compte votre remarque afin de prendre mes distances avec les pratiques observées à Guantanamo. Je pourrai notamment le faire lorsque je traiterai du sujet suivant : « faut-il ou peut-on torturer les terroristes ? » (ma réponse sera non, évidemment, rassurez-vous).

      1. Néanmoins, vous dites condamner la torture, mais dans ce cas-ci, sans la torture, et donc l’obtention du renseignement initial, la CIA, aussi bon qu’il soit n’aurait rien pu faire, et rien pu trouver. La mort de Ben Laden n’aurait pas eu lieu, et la CIA aussi bon qu’il soit n’aurait pas été remarquée. La torture a donc bien des avantages.

        1. Est-ce qu’un exemple de réussite par la torture suffit à justifier cette pratique ? Je ne le crois pas personnellement.

Laisser un commentaire

Fermer le menu